CHOISIR SON EDITION PUBLICITE SHOPCONTACT Viens On Discute
Home > Geek > Rwanda : entrepreneuse à 19 ans, elle résout le problème d’eau potable dans son village

Rwanda : entrepreneuse à 19 ans, elle résout le problème d’eau potable dans son village

Quand la famille d’Yvette Ishimwe, 19 ans, a quitté Kigali pour se réinstaller dans le district de Kayonza, à 90 kilomètres à l’est, ils ont vécu toute une expérience. Leur installation n’a pas été facile, surtout à cause du manque d’eau potable pour leurs besoins domestiques.
La jeune Yvette Ishimwe a décidé de remédier au problème en créant une entreprise qui lui permettrait de ravitailler ses voisins en eau potable.
La province de l’Est est une des régions les plus arides du Rwanda. Les sécheresses y sont longues ainsi que les pénuries d’eau. Par conséquent, la société de distribution d’eau est souvent incapable d’approvisionner les habitants en eau potable. Dans cette région, le prix d’un jerrican d’eau potable peut varier entre 200 et 300 francs rwandais (0,25 $ – 0,38 $). Plusieurs habitants de Kayonza utilisent l’eau impure des marais pour cuisiner, ce qui met leur santé en danger.
Alors, quand la mère d’ Yvette a acheté un réservoir d’eau pour recueillir l’eau de pluie, l’adolescente décide de créer une entreprise qu’elle va appeler « Iriba Clean Water Delivery ». Elle achete ensuite un purificateur d’eau aux rayons ultraviolets et fait des tests sur le réservoir d’eau familial.

Yvette Ishimwe déclare : « Après avoir été satisfaite des résultats, j’ai commencé à fournir de l’eau potable à plus de 20 familles du voisinage durant la phase pilote de l’innovation… Je me suis basée sur les réactions des uns et des autres pour améliorer toutes les composantes de l’entreprise, et j’ai également continué à étendre mon réseau de distribution d’eau pour toucher le plus de gens possible dans notre village. »
Le premier réservoir de la famille pouvait contenir 20 000 litres d’eau, mais Yvette Ishimwe a acheté un autre réservoir de 10 000 litres pour satisfaire la demande grandissante. Au bout de quelques mois, la demande a de nouveau augmenté, et elle a acheté un troisième réservoir de 35 000 litres.
Elle va chercher l’eau au lac Muhazi. Elle ajoute du chlore dans les réservoirs d’eau pour éliminer les bactéries dangereuses. L’eau est ensuite pompée au moyen d’un système de purification par rayonnement ultraviolet. Puis, elle est prête à boire.
Le projet a nécessité un gros investissement au départ. Le purificateur d’eau a coûté 400 000 francs rwandais (500 $US). Yvette a payé une partie du montant avec ses économies, et l’autre partie avec un prêt que sa mère lui a accordé.
Elle vend le jerrican de 20 litres entre 60 et 100 francs rwandais (0,08 $ – 0,13 $US). Elle fait livrer les jerricans chez ses voisins par six employés qui les transportent sur des bicyclettes.
Yvette Ishimwe a désormais deux centres de collecte d’eau, dont un dans le village de Munazi et l’autre dans la ville de Kayonza. Elle ajoute : « Actuellement, je ravitaille plus de 200 personnes en l’eau potable chaque jour, mais certains viennent en chercher directement au niveau des deux centres. »
Elle gagne en moyenne 900 000 francs rwandais par mois (1 130 $US).
Toutefois, les coûts d’exploitation de l’entreprise sont élevés. Elle doit louer des voitures pour aller chercher l’eau au lac Muhazi et l’entretien des réservoirs d’eau coûte cher.
Mais elle se voue corps et âme à sa nouvelle activité. Elle déclare : « J’essaie toujours de rester positive, en faisant un bon suivi du projet pour donner de la bonne eau aux habitants. »

Laisser un commentaire

SHARE
Lire les articles précédents :
Beyoncé a enregistré un album afro, inspiré par Fela Kuti, mais il n’a jamais vu le jour

Le chanteur et producteur The Dream a fait une révélation étonnante pour les fans de Beyoncé, sur le site Genius.com. Avant que l'album "4" ne paraisse...

Fermer